Archive for ‘espace’

27/12/2014

Univers parallèles : les scientifiques s’y intéressent

Y at-il un autre « vous » qui lit cet article à ce moment précis dans un univers parallèle ?

Les mondes parallèles n’existent pas seulement dans la science-fiction. Selon une étude menée par des chercheurs australiens et américains publiée le 23 octobre dernier dans le Physical Review X, d’autres mondes parallèles au nôtre existent. Cette théorie permettrait d’expliquer bon nombre de phénomènes mystérieux.

La théorie des univers parallèles ou multiples fut introduite par le physicien américain Hugh Everett en 1957.Dès 1957, » Hugh Everett expliquait que l’univers comportait tous les états définis par la mécanique quantique, et que c’était l’observateur qui n’en percevait qu’une possibilité. Pour simplifier, le fait d’interagir avec la réalité lui faisait « choisir » une voie, sans que les autres ne cessent d’exister simultanément. » Ou encore, notre univers n’est qu’une infime possibilité parmi d’autres, infinies. (voir l’expérience du chat de Shroedinger ou paradoxe EP)

L’équipe australienne et américaine qui a publié ses travaux en octobre dernier est en fait allée plus loin en affirmant que ces mondes parallèles interagissaient et ne se contentaient pas d’exister indépendamment les uns des autres.

Selon d’autres auteurs il exiterait non pas un mais des univers parallèles.
Dr Brian Greene , auteur de « la réalité cachée : Univers Parallèles et les lois profondes du Cosmos » , estime que cette bizarrerie de la nature capricieuse peut exister ; et il a examiné ses possibilités étonnantes dans une interview télévisée de 3 minutes sur une chaîne tv US.
Un nombre croissant de cosmologistes sont aujourd’hui d’accord avec Greene pour dire que nous sommes l’un des nombreux univers et au moins un de ces autres mondes se trouve être très « proche » du nôtre, peut-être seulement un millimètre . Nous ne pouvons pas voir ce monde , car il existe dans un espace clos différent des quatre dimensions de notre réalité quotidienne .

Max Tegmark MIT croit ce modèle de « multivers » ou nombreux univers est fondée sur la physique moderne et finira par être vérifiable , prédictif et irréfutable .

» Ce ne est pas de science-fiction , » dit-il, c’est de la » vraie science. »

Avec les nouvelles avancées de la recherche au CERN (Large Hadron Collider) , les scientifiques parlent de plus en plus d’une » nouvelle physique » à l’horizon , qui promet d’aider les chercheurs à mieux comprendre des inconnues sur notre univers . Cette nouvelle approche consiste à développer une meilleure compréhension de l’énergie sombre , une force mystérieuse auquel certains chercheurs attribueraient la théorie selon laquelle un univers jumeaux s’y cacherait.

Des événements étranges ont été observés par les cosmologistes tels que la galaxie d’Andromède , 2,2 millions d’années-lumière qui s’accélère loin vers la Voie Lactée à 200.000 mph. Ce phénomène est logique si la force de gravité issu d’un univers invisible tiraient les deux galaxies ensemble.

Des chercheurs du télescope spatial WMAP ont récemment découvert une force 10 000 fois plus grande que la Voie Lactée, qui offre des preuves importantes qui permettraient d’affirmer qu’un univers parallèle peut être dans la région.

Dans une autre tentative pour rechercher des mondes parallèles , la NASA a installé le spectromètre magnétique Alpha -2 à l’ISS pour enregistrer des données qui peuvent prouver l’existence d’autres univers , dont certains pourraient même être faites de l’anti-matière . Démêler ce mystère cosmique a suscité l’intérêt dans le monde entier . Le projet attire le soutien de la plupart des pays de l’UE ; ainsi que Taiwan , la Chine , la Russie et les États-Unis

Pourrions-nous jamais visiter un autre univers? Dans une interview récente dans le reportage « Riddles of the Universe, » (énigmes de l’ Univers) , le cosmologiste Clifford Johnson de l’USC a dit qu’il pensait qu’on pouvait discuter de cela dans le contexte de la fiction (voir la série Fringe de FOX TV), mais que ce est aussi quelque chose que les scientifiques peuvent envisager. Certains suggèrent que les choses que nous sommes faits – la matière et les forces de notre gravité et le magnétisme – sont les éléments qui nous rattachent à cet univers.

Ils ne nous permettent pas de laisser de côté nos quatre dimensions sans se déplacer d’avant en arrière , de haut en bas , de gauche à droite ; et dans le sens (unique ndt) du temps. Un autre univers peut exister à proximité, mais pour l’observer ou communiquer avec lui ; nous devons d’abord comprendre ses différentes dimensions . Nous pourrions alors l’envisager comme une nouvelle contrée à explorer.

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/971/20368712/files/2014/12/img_0055-0.jpg

Publicités
Étiquettes : ,
01/06/2011

importante découverte actuelle sur Mars ! visible sur ​​Google Mars

Ceci pourrait être la plus importante découverte actuelle sur Mars ! Cette structure fait 700′ x 150′, sa couleur blanche avec des bandes bleues et rouges tranche sur le sol rouge martien. Ce n’est ni un rocher ni une montagne. Il s’agit d’une structure fabriquée. Ce n’est pas quelque chose que j’ai créé, c’est quelque chose qui est actuellement visible sur ​​ »Google Mars ». La NASA ne veut pas me parler à ce sujet. Je leur ai envoyé quelques emails, restés sans réponse. Allez voir par vous-mêmes. Les coordonnées sont : 71 49′19 .73 « N 29 33′06, 53  » W

Découvert par David Martines, 2011.

source : http://noxmail.us/Syl20Jonathan/?p=23329

20/05/2011

Une gigantesque tempête sur Saturne

Le très grand télescope de l’ESO (VLT) a fait équipe avec la sonde Cassini de la NASA pour étudier de manière bien plus détaillée que jamais une rare tempête située dans l’atmosphère de la planète Saturne. Cette nouvelle étude, réalisée par une équipe internationale, sera publiée cette semaine dans le journal Science.



L’atmosphère de Saturne apparait habituellement tranquille et calme. Toutefois, une fois par  » année saturnienne  » (trente années terrestres), alors que le printemps arrive sur l’hémisphère nord de la planète géante, quelque chose s’agite profondément en dessous des nuages et conduit à une spectaculaire et importante perturbation de la planète.

La dernière tempête de ce type a tout d’abord été détectée en décembre 2010 par les instruments radio et plasma de la sonde Cassini de la NASA (1), en orbite autour de la planète, et a également été suivie par des astronomes amateurs. Elle a maintenant été étudiée en détail avec la caméra infrarouge VISIR (2) du VLT (Very Large Telescope) de l’ESO conjointement avec des observations de l’instrument CIRS (3) de la sonde Cassini.

C’est seulement la sixième de ces gigantesques tempêtes à avoir été repérée depuis 1876. C’est la toute première à avoir été étudiée dans l’infrarouge thermique – pour observer les variations de température dans cette tempête saturnienne- et la première à avoir été observée par une sonde en orbite.

 » Cette perturbation située dans l’hémisphère nord de Saturne a engendré une gigantesque, violente et complexe éruption de nuages brillants, qui s’est propagée pour encercler la planète dans son ensemble,  » explique Leigh Fletcher (Université d’Oxford, Royaume-Uni), premier auteur de cette nouvelle étude.  » Avec le VLT et Cassini en train d’étudier cette tempête en même temps nous avons eu la chance exceptionnelle de pouvoir resituer les observations de Cassini dans leur contexte. Les précédentes études de ces tempêtes ont juste pu utiliser la réflexion de la lumière solaire, mais cette fois, en observant le rayonnement infrarouge thermique pour la première fois, nous avons pu dévoiler des régions cachées de l’atmosphère et mesurer les changements réellement substantiels de températures ainsi que des vents liés à cet événement.  »

La tempête a dû se former en profondeur dans des nuages d’eau où un phénomène semblable à un orage a conduit à la création d’un panache de vapeur : exactement comme l’air chaud monte dans une pièce chauffée, cette masse de gaz s’est développée vers le haut et a transpercé la haute atmosphère de Saturne habituellement sereine. Ces énormes perturbations interagissent avec les vents qui se déplacent d’est en ouest et provoquent d’importants changements de température très haut dans l’atmosphère.

 » Nos nouvelles observations montrent que la tempête a un effet important sur l’atmosphère, en transportant de l’énergie et de la matière sur de grandes distances. Elle modifie les vents atmosphériques – créant des courants sinueux et formant des tourbillons géants – et perturbe la lente évolution des saisons de Saturne,  » ajoute Glenn Orton (Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, USA), un autre membre de l’équipe.

Quelques unes de ces structures inattendues que l’on voit sur cette nouvelle image de VISIR ont été appelées balises stratosphériques. Ce sont de forts changements de température, hauts dans l’atmosphère de Saturne (250-300 km au dessus des nuages de la basse atmosphère) qui montrent à quel point les effets de la tempête s’étendent haut dans l’atmosphère. La température dans la stratosphère de Saturne se situe normalement autour de -130 degrés Celsius à cette saison, mais les mesures au niveau des balises sont de 15 à 20 degrés Celsius supérieures.

Les balises sont totalement invisibles dans la lumière réfléchie du Soleil, mais elles peuvent éclipser l’émission du reste de la planète dans l’infrarouge thermique détectée par VISIR. Elles n’ont jamais été détectées avant et de ce fait, les astronomes ne sont pas sûrs qu’il s’agisse de structures habituelles dans les tempêtes de ce type.

 » Nous avons eu la chance d’avoir du temps d’observation programmé au début de l’année 2011, que l’ESO nous a permis d’avancer, de telle sorte que nous avons pu observer la tempête aussi tôt que possible. Nous avons également eu la chance que l’instrument CIRS de Cassini ait pu observer la tempête au même moment. Nous avons ainsi des images du VLT et de la spectroscopie de Cassini pour comparer,  » conclut Leigh Fletcher.  » Nous allons continuer à observer cet événement qui se produit une fois par génération.  »

Notes

(1) La mission Cassini-Huygens est un projet coopératif de la NASA, de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et de l’Agence Spatiale Italienne. Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA situé à Pasadena en Californie, une division du California Institute of Technology, pilote la mission pour le compte de la Direction des missions scientifiques de la NASA à Washington DC.

(2) VISIR est le spectromètre et l’imageur du VLT pour l’infrarouge moyen. VISIR a été construit par le CEA/DAPNIA/SAP et NFRA/ASTRON.

(3) CIRS, pour Composite Infrared Spectrometer, est un des instruments de Cassini. CIRS analyse le rayonnement de la chaleur et est capable de discerner la composition d’un objet.

source : http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=9160

16/05/2011

Certains orages génèrent des particules d’antimatière dans l’espace

Le télescope spatial de la NASA, le Fermi, chargé de suivre les émissions de rayons Gamma, a détecté des faisceaux d’antimatière produits au-dessus des orages éclatant dans l’atmosphère terrestre. Un phénomène encore jamais observé.


Sachant que ce phénomène est étroitement lié aux éclairs, les scientifiques pensent que les particules d’antimatière sont générées par une déflagration de Rayons Gamma Terrestres (RGT) à l’intérieur de certains orages. Quelque 500 RGT se produisent chaque jours dans le monde, et la plupart ne sont pas détectés.

« Ces signaux sont le premier indice direct que les orages peuvent produire des rayons de particules d’antimatière » note Michael Briggs, un membre de l’équipe du Gamma-ray Burst Monitor (GBM) du Fermi à l’université de l’Alabama à Huntsville (UTAH). Il a présenté les résultats de sa recherche début janvier 2011 à une table ronde de la American Astronomical Society de Seattle.

En fonctionnant comme d’énormes accélérateurs de particules, certains orages émettent des éclairs de rayons gamma (les RGT) ainsi que des électrons et positrons à forte intensité énergétique. Les scientifiques pensent désormais que la plupart des RGT produisent des rayons de particules et de l’antimatière. Or, Fermi est conçu pour détecter les rayons gamma, la forme la plus intense de la lumière.
Lorsqu’une particule d’antimatière atteint le Fermi et entre en collision avec une particule de matière normale, il en résulte une destruction immédiate des deux et leur transformation en un rayon gamma. Le GBM a détecté des rayons gamma d’une intensité de 511 000 électronvolts, signe qu’un électron a rencontré l’antimatière correspondante, un positron.

Bien que le GBM de Fermi soit conçu pour observer des événements à forte radiation dans l’univers, il se révèle également précieux pour nous permettre de mieux comprendre cet étrange phénomène. Le GBM surveille en permanence l’espace céleste autour de la Terre et a ainsi permis de repérer 130 RGT depuis le lancement de Fermi en 2008. « La mission Fermi, en orbite depuis moins de trois ans est un outil incroyablement efficace pour sonder l’univers. Nous découvrons qu’il peut mettre au jour des mystères qui nous touchent de beaucoup, beaucoup plus près » commente Ilana Harrus, chercheur du programme Fermi au siège de la NASA à Washington.

Le plus souvent, les RGT observés proviennent d’orages éclatant sous le vaisseau spatial sauf en quatre occasions, où ils étaient distants. En outre, le réseau de surveillance global qui détecte les signaux radio générés par les éclairs, a montré que l’éclair en question était distant de quelques centaines de kilomètres ou plus.

Le 14 décembre 2009, le Fermi survolait l’Egypte quand il a détecté un RGT. Or, l’orage dont il provenait était localisé en Zambie, plus de 4 500 km plus au sud. L’orage étant en-dessous de l’horizon du Fermi, il ne pouvait détecter les rayons gamma qui en étaient issus. « Même si le Fermi ne pouvait pas « voir » l’orage, il était connecté à lui par le champ magnétique terrestre, » explique Joseph Dwyer du Florida Institute of Technology à Melbourne, Floride. « Le RGT a propulsé des électrons et positrons qui ont emprunté le champ magnétique de la terre pour atteindre le vaisseau.« 

Le rayon a dépassé le Fermi et, lorsqu’il a atteint le « point miroir », il a été renvoyé sur le vaisseau, à peine 23 millisecondes plus tard. A chaque fois que les positrons présents dans le rayon sont entrés en collision avec les électrons du vaisseau spatial, les particules se sont détruites mutuellement, causant l’émission des rayons gamma détectés par le GBM du Fermi.

© NASA’s Goddard Space Flight Center

Les chercheurs pensent depuis longtemps que les RGT sont produits par les puissants champs électriques qui se forment au sommet des orages. Lorsque les conditions sont favorables, ils pensent que le champ atteint une puissance telle qu’il génère un puissant panache d’électrons. Avec une vitesse presque égale à la lumière, ces électrons saturés d’énergie produisent des rayons gamma au contact des molécules d’air qui les dévient. Habituellement, ces rayons gammas sont détectés comme autant de RGT.

Mais le puissant panache d’électrons génère un faisceau de rayons gamma capable de projeter des électrons et des positrons bien au-delà de l’atmosphère. Ce phénomène se produit lorque l’énergie des rayons gamma se transforme en couples de particules : électrons et positrons. Ce sont ces couples de particules qui atteignent l’orbite du Fermi.

La détection de positrons révèle que des particules hautement chargées en énergie sont éjectées hors de l’atmosphère. Les chercheurs pensent désormais que tous les RGT émettent des rayons constitués d’électrons et de positrons. Un compte rendu de recherche va être publié dans les Geophysical Research Letters.

Notes

  • Le Fermi (Télescope spacial de la NASA détecteur de rayons gamma) est le fruit d’un partenariat alliant astrophysique et physique des particules. Il est dirigé par le Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt dans le Maryland. Il fonctionne sous l’égide du U.S. Department of Energy et bénéficie de contributions précieuses de partenaires et universitaires français, allemands, italiens, japonais, suédois et états-uniens.
  • Le GBM Instrument Operations Center est situé dans les locaux du National Space Science Technology Center à Huntsville, (Alabama). L’équipe comprend des chercheurs du UAH, le Marshall Space Flight Center de la NASA à Huntsville, du Max Planck Institute for Extraterrestrial Physics en Allemagne, et d’autres institutions
15/05/2011

ETRANGES LUMIERE ROUGE AUTOUR DE LA LUNE

aucune explication…

14/05/2011

pole shift – invertion des poles 2011 / 2012 maya calendrier ! ELENIN – NIBIRU

EXPLICATION

Lorsqu’une planète avec plus de propriétés magnétiques que la Terre passe à proximité, la Terre se comporte comme vu sur les clip vidéo çi-dessous

par conséquent, des éruptions de liquide (Volcanique) et les déplacements de la croûte démontré par les séismes

L’attraction magnétique de la planète NIBIRU  pourrait établir de nouvelles distance orbitale au soleil et le temps de déplacement / vitesse de rotation de la Terre

Le résultat apportera différence dans le calendrier actuel de 365 jours basé sur la rotation de la Terre autour du Soleil

Par conséquent calendrier qui nous est donnée au début du cycle actuel (retour orbitale de la planète Nibiru ) et connu sous le nom en sera modifié

Calendrier maya se termine en 2011

Seriez-vous prêt en 2011 d’énormes changements !!!

comprendre le pole nord de notre planete terre ( cliquez sur l’image çi-dessous )

cliquez çi-dessous sur l’image pour comprendre comment l’inversion des poles va se produire et pourquoi !!!

voyez l’article ( La comète Elenin ( nibiru – planete x ) : La période de tous les dangers pour la Terre ! )

ELENIN  sera le plus proche de la Terre à peu près le 16 Octobre et comme par hazard le calendrier maya fini le 28 octobre 2011 !!!


Le 03 novembre 2010 commence le jour 7 (le dernier) de l’avant-dernier cycle du calendrier, qui a lui-même commencé en 1999 (le 5 janvier si ma mémoire est bonne). Il dure 360 jours et se terminera le 28 octobre 2011, comme tous les cycles précédents et le suivant, puisqu’ils se superposent tous.
Le dernier cycle commence le 11 février 2011, il a une durée totale de 260 jours, et est constitué de 13 étapes de 20 jours ( ce qui veux dire que des portes d’élévation de conscience s’ouvriront tous les 20 jours ! Pour référence, depuis 1999, ces portes s’ouvraient tous les 360 jours… Quand on voit ce que ces 11 dernières années ont fait bouger en nous, imaginez ce qui nous attends !

Donc voici les différentes dates de ces paliers :

* 11 février 2011 : jour 1 : semailles
* 3 mars : nuit 1 : assimilation intérieure de la nouvelle vague
* 23 mars : jour 2 : germination
* 12 avril : nuit 2 : résistance à la nouvelle vague
* 2 mai : jour 3 : la pousse
* 22 mai : nuit 3 : assimilation
* 11 juin : jour 4 : prolifération
* 1 juillet : nuit 4 : expansion de la nouvelle vague
* 21 juillet : jour 5 : bourgeonnement
* 10 aout : nuit 5 : destruction
* 30 aout : jour 6 : floraison
* 19 septembre : nuit 6 : réglage, fin des nouvelles proto-formes
* 9 octobre : jour 7 : maturation
* 28 octobre : fin du calendrier maya

14/05/2011

La comète Elenin ( nibiru – planete x ) : La période de tous les dangers pour la Terre !

10 mai 2011 – Traduction de l’article d’origine : http://blog.imva.info/world-affairs/bad-news-nasa

Game over pour bientôt?

« Cela sera la communication la plus extraordinaire que vous ayez eue de la sorte, attachez vos ceintures, nous sommes malmenés. Je savais depuis des mois que je devais faire une communication comme celle-là, mais n’avait aucune idée que ce serait si tôt. De retour en janvier d’une enquête sur la ville souterraine présumée avoir été construite sous le nouvel aéroport de Denver, grâce aux propos de l’ex-gouverneur Jesse, j’ai mis en place les différentes pièces du puzzle et suis arrivé à la conclusion qu’un événement planétaire est attendu pour nous en 2012. ».

Aujourd’hui je vous présente de solides informations, on ne peut pas faire mieux que la NASA comme source (quoique… ! je reste dubitatif sur les sources de la NASA). Ce que vous vous apprêtez à lire est en train de se produire.

Hier soir, en regardant une représentation animée mathématique de la NASA concernant la comète Elenin, j’ai découvert qu’un grand corps céleste a déjà pénétré dans le système solaire et est en bonne voie pour un passage au plus près de la Terre à l’automne 2011. Ce que nous ignorons, c’est la taille et la masse de la comète Elenin et je n’ai aucun doute que cette information soit connue des autorités.

trajectoire de la comete Elenin

Elenin est actuellement suivie car elle passe actuellement à travers la ceinture d’astéroïdes se trouvant sur son chemin dans le système solaire interne. Je suis vraiment désolé d’être le porteur d’informations aussi alarmantes, mais la source, la NASA, est des plus crédibles. Nous avons une masse entrante (ce qui pourrait éventuellement être une étoile à neutrons) qui arrive et qui va venir faire un virage serré autour de notre  Soleil comme une comète de passage le ferait, puis passerais entre Mercure et Vénus avant de commencer son voyage de retour. Sur son chemin, elle traversera notre arc orbital, ce qui signifie qu’elle va passer très près de la Terre et la Terre passera derrière elle, en se prenant les particules de sa queue.

Elenin

Dans la vidéo çi-dessous, vous verrez ceci expliqué graphiquement. Ce que vous verrez avec une précision mathématique, c’est que chaque fois que ce corps céleste est en alignement avec la Terre et du Soleil, nous subissons un énorme tremblement de Terre. Les trois derniers alignements ont produit le séisme Japonais 9.0, celui de Nouvelle-Zélande et encore avant celui du Chili.

Le 11 Mars Elenin a été beaucoup plus loin. Lorsque le prochain alignement Elenin sera très proche de nous. Le principal point à comprendre est que si Elenin était juste une comète normale, elle n’aurait pas la masse nécessaire pour générer une attraction qui affecte la Terre lorsque la Terre se trouve dans cet alignement.

David Morrison, chercheur principal d’astrobiologie de la NASA, dans une communication officielle, le 1er Mars a reconnu qu’il n y aurait aucune menace d’Elenin. Dix jours plus tard Elenin, entrait en alignement avec la Terre et le Soleil, et le Japon a été presque détruit.

Morrison a confirmé que la périhélie d’Elenin (la plus proche du Soleil) se situe au début Septembre 2011 à une distance du Soleil de 40-45 millions de miles. Il a dit qu’elle sera le plus proche de la Terre à peu près le 16 Octobre, à une distance d’environ 21 millions de miles, mais il croit qu’il n’y a aucune raison de penser qu’Elenin est différent d’une comète normale. Je me demande si il n’aurait pas changé d’avis après les événements du 11 Mars. Il rejette toute nouvelle alarmante comme de la pure fiction.

Si l’alignement que nous voyons clairement sur la simulation de la NASA est vrai, il y a vraiment un problème.

Maintenant, que nous devons vivre avec l’augmentation du rayonnement radioactif qui se répand dans l’hémisphère nord. Nous savons combien il est facile pour les autorités en place de cacher l’information et de mentir en restant de marbre. Le gouvernement japonais a admis qu’il maintenu au secret au moins 5000 mesures de rayonnement et des évaluations après l’événement qui a frappé la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi en Mars. Cela a été fait afin de ne pas induire la panique dans la population mondiale, a dit un représentant du personnel qui traite avec le nucléaire d’urgence  ITAR-TASS.

Nous devons reconnaître et accepter qu’il y a un danger et une possibilité qu’une partie de notre civilisation etc., les populations qui la composent, disparaissent. Ce n’est pas le moment de nier quoi que ce soit, ni te retenir ses larmes. J’espère que je me trompe, mais il faut regarder la situation en face. Une image vaut mille mots et la NASA nous a donné la preuve visible qui laisse à penser qu’Elenin joue un rôle dans les événements, ici, sur notre planète, même de loin ! Il n’est pas temps d’avoir peur, c’est plutôt un moment de l’amour et de la coopération dans le cadre de la préparation à tous les niveaux pour ce qui est à venir.

On raconte qu’Elenin a été visible depuis des années, mais maintenant elle arrive sur nous et il n’y a rien que nous ne puissions faire, si ce n’est se préparer, prier et aimer comme nous n’avons jamais aimé avant. Nous devons reconnaître et accepter qu’il y a un danger et qu’il y a une possibilité qu’une partie de notre civilisation soit perdue. La vidéo çi-dessous montre ce qui est connu de la NASA depuis des décennies.

L’ensemble du système solaire semble se réchauffer, l’activité du Soleil a de plus en plus d’interactions sur Terre où les changements sont de plus en plus nombreux et plus intenses provocant des changements climatiques. Au-delà, le pire des scénarios peut frapper partout dans le monde.

L’activité géologique est de plus en plus importante : volcans en éruption, tremblements de Terre, tsunamis, enfoncement d’îles, migration des pôles magnétiques, morts massives d’animaux, énormes tourbillons inexpliqués dans l’Atlantique et bien plus encore qui ferait tourner la tête de quiconque.

activité géalogique

Nous avons été averti que quelque chose d’inhabituel se passait lorsque le Groenland a connu le lever du Soleil deux jours plus tôt que prévu. Cela a été un signe fort de quelque chose hors de l’orbite de la Terre. Le 25 Janvier je l’ai dit, « Il y a beaucoup d’informations (sauf dans la presse grand public) sur 2012 et la fin du calendrier maya qui obsède de nombreuses personnes mais il est plus que suffisant de se préoccuper et d’agir en 2011. La semaine dernière, j’ai été frappé par le rapport concernant le cercle polaire arctique au Groenland, signalant que le  s’est relevé deux jours plus tôt. Ce n’est pas un petit évènement, ce n’est pas quelque chose de facile à rattraper, ce n’est pas signalé comme cela aurait du l’être dans la presse grand public, et les stupides théories comme le réchauffement climatique (depuis que nous avons vraiment un refroidissement rapide) sont à blâmer pour l’événement. »

naine brune

Etoile de faible masse, la « naine Brune » ou Elenin, Jupiter et la Terre

Prochains mois :

Le 3 août 2011, la Terre passera par la naine brune (Elenin) à sa position de périgée, alors que la naine brune traversera l’orbite Terrestre. Environ deux semaines après, le 18 août Elenin croisera l’orbite de Vénus à quelque 67 millions de miles du Soleil. Ensuite, 24 jours plus tard, Elenin atteindra le point le plus proche du Soleil à 44.73 millions de miles.

Le 25 septembre 2011, la Terre passera par la seconde conjonction avec le Soleil, Elenin, Mercure, Saturne et Uranus en ligne pour un autre alignement planétaire gravitationnel entrainant des perturbations gravitationnelles.

Cette vidéo ( çi-dessous )  depuis le sommet d’une montagne au Japon semble avoir filmé Elenin lors d’une explosion volcanique.

Le 2 octobre 2011, Elenin traversera l’orbite de Vénus à nouveau pour commencer sa route vers la Terre. Deux semaines après Elenin franchira la ligne d’orbite de la Terre pour passer directement en face de notre planète à seulement 22.3 millions de miles, ce qui est le point le plus proche de notre rencontre.

Elenin franchira la ligne de l’orbite de Mars le 14 Novembre 2011 sur le chemin de la troisième conjonction le 22 novembre où la Terre une fois de plus passera directement entre les deux comme le 15 mars.

Conclusion :

L’approche de la comète Elenin répond à beaucoup de questions sur ce qui se passe tout autour de nous alors que personne ne peut tout simplement pas donner un début de réponse.

Personne ne sait vraiment ce qui se passera à l’automne de cette année au passage de ce corps céleste entre nous et le Soleil pour repartir ensuite.

Une personne a émis l’hypothèse qu’il peut écorcher notre Lune.

Il pourrait nous frapper si sa trajectoire est modifiée en cognant sur un astéroïde dans les prochains jours.

Cela pourrait être possible que si elle était vraiment une comète, mais si elle est une étoile à neutrons avec une grande masse, rien ne déviera sa trajectoire ordonnée. Si nous sommes chanceux, rien ne se passera, mais l’humanité n’est pas à la recherche de la chance ces jours-ci. Il semble probable que la plupart des anciennes cultures et les religions se souviennent d’inondations énormes qui se sont produites dans le monde entier.

La seule façon dont le monde peut avoir un déluge global est de savoir s’il y a un événement comme un impact d’astéroïde, déplacement polaire, ou un objet très dense passant à proximité de la Terre qui provoque un gigantesque tsunami. L’attraction gravitationnelle saisirait l’eau et la précipiterait sur les terres sur une grande échelle, tout comme la Lune le fait aujourd’hui sur une plus petite échelle sous la forme de marées.

Zones de sécurité (étudié pour les USA, mais extrapolable en partie pour l’Europe) :

1. Se déplacer à 250 km des côtes (selon configuration du terrain).

2. Se déplacer à 200 m d’altitude.

3. Éloignez-vous des volcans et des super volcans comme Yellowstone au nord-ouest des États-Unis.

4. Éloignez-vous des zones de failles sismiques et des couloirs d’avalanche, comme la zone de New Madrid Fault dans le centre des États-Unis.

5. Éloignez-vous des barrages qui vont se rompre.

6. Éloignez-vous des centrales nucléaires qui pourraient être fragilisées.

7. Éloignez-vous des altitudes trop élevées, où les niveaux de rayonnement seront les plus forts.

8. Éloignez-vous des grands centres urbains où les émeutes liées à faim vont augmenter le chaos et le désordre.

9. Joignez-vous en groupes de survie avec des gens de bonne volonté qui ont du matériel de survie, des engins et des armes pour les protéger.

Sircus Dr Mark Allan, Ac., OMD, DM (P)

Directeur international de l’Association médicale Veritas

Docteur en médecine orientale et pastorale

Il ne manque pas de légendes concernant des déluges. La première légende de déluge est contenue dans la Genèse sumérienne fragmentaires Eridu, datable par son script du 17ème siècle avant notre ère (1700 + 2010 = 3710). Dans l’épopée babylonienne de Gilgamesh il y a des références à la Grande Inondation (comprimé 11).

La version la plus connue de la légende juive du déluge qui est contenue dans le Livre de la Genèse (Genèse 6-9). Dieu choisit Noé, un homme qui a trouvé grâce aux yeux du Seigneur » et lui ordonne de construire une arche pour sauver Noé, sa famille, les animaux et les oiseaux. Après Noé construit l’arche, « Toutes les sources de l’abîme s’ouvrirent et se déchirèrent en grand, et les écluses du ciel déversèrent leurs flots. »

Il existe de nombreuses sources de légendes d’inondation dans la littérature chinoise ancienne. Le Shujing, ou «Livre de l’Histoire », sans doute écrit vers 500 avant notre ère, ou plus tôt, fait état,  dans les premiers chapitres, que l’empereur Yao est confronté au problème de la crue des eaux qui «atteint les cieux ». Selon les aborigènes australiens l’eau a recouvert toutes les Terres. Seuls les sommets des montagnes plus élevées étaient visibles, comme des îles dans la mer.

Dr. Mark Sircus est un expert de santé naturelle et avocat de l’auto-suffisance.

Il est l’auteur de plusieurs livres à lire absolument (http://publications.imva.info/index.php/e-books.html ), y compris des titres tels que « la survie de médecine pour le 21e siècle » , « W manche de la guerre sur le cancer », et « pédiatrie Humaine ». Vous pouvez trouver tous les articles d’information de Mark sur son site IMVA.

23/04/2011

Un fil électrique d’un million de kilomètre entre Saturne et Encelade ( un de ses satellites )

Saturne est connectée électriquement à Encelade, un de ses satellites, pourtant distant de 240 milliers de kilomètres. Le flux d’électrons passant en permanence par ce lien s’écrase sur Saturne et y créé une aurore boréale mobile, de la taille de la Californie.

Sur Saturne, Encelade lance son propre flot d’électrons.  Nasa
Sur Saturne, Encelade lance son propre flot d’électrons. Nasa

Les aurores polaires se créent lorsque des particules chargées sont capturées par le champ magnétique d’une planète et guidées jusqu’à ses pôles. En percutant la partie supérieure de l’atmosphère, la ionosphère, les charges lui font émettre de la lumière et créent ainsi de superbes rideaux de lumière. Sur notre Terre c’est le vent solaire qui apporte ces particules chargées.

Sur Saturne, Encelade lance son propre flot d’électrons.  Ceux-ci suivent donc les lignes de champ magnétique de Saturne, ce qui les mène jusqu’au pôle nord de la planète. Le faisceau d’électron est cohérent et créer une aurore boréale permanente, en lumière ultraviolette, large de 1200km et haute de 400, qui tourne autour de la planète en même temps qu’Encelade.

Il a fallu deux ans à une large équipe internationale pour analyser les données de Cassini, trouver l’aurore mobile et publier le tout dans la revue scientifique Geophysical Review Letters, ce mois-ci.

Il leur a fallu distinguer la tache de l’aurore boréale normale de Saturne, un peu plus au nord. Ils étaient toutefois aidés par leur expérience précédente avec des aurores mobiles analogues sur Jupiter, résultant des interactions de celle-ci avec ses satellites Io, Europe et Ganymède.

L’apport de ces nouvelles données est considérable. Un débat de longue date concernait la variabilité (ou la stabilité) de l’activité de cette petite lune : des fluctuations de l’aurore semblent indiquer que oui, cette activité varie. L’analyse de ce lien promet également d’être riche en renseignement sur le champ magnétique de Saturne, qui présente des anomalies encore inexpliquées…

Fabien Nicolas
Sciences et Avenir.fr

22/04/2011

18/03/2011

La sonde Messenger pourrait se placer en orbite autour de Mercure

Illustration représentant la sonde américaine Messenger survolant la planète Mercure.

Photo: Reuters

Associated Press
Washington

Un vaisseau spatial de la taille d’un pupitre lancé par l’agence spatiale américaine pourrait devenir jeudi soir le premier objet de fabrication humaine à se placer en orbite autour de Mercure.

Après un voyage de 7,9 milliards de kilomètres qui aura duré près de six ans et demi, la sonde Messenger tentera de résister à la gravité immense du Soleil pour se placer sur une orbite elliptique. Pour ce faire, elle devra utiliser la moitié du carburant qu’elle a emporté lors de son lancement en 2004, pour ralentir de façon dramatique en seulement 15 minutes.

Si tout va bien, son orbite l’amènera à seulement 193 kilomètres de la surface de Mercure, ce qui lui permettra d’étudier la planète pendant un an à compter du 4 avril. Messenger tentera de démystifier le champ magnétique de Mercure et – plus grand mystère de tous – de déterminer si la planète la plus proche du Soleil cache malgré tout de la glace dans les cratères qui se trouvent près des pôles.

En cas de pépin, la sonde de 446 millions $ US passera vraisemblablement tout droit et ira se placer en orbite autour du Soleil. Les ingénieurs de la NASA tenteraient ensuite, au cours des trois ou quatre prochains mois, de la replacer en orbite autour de Mercure.

En plus de la force gravitationnelle du Soleil, Messenger devra composer avec une chaleur intense, contre laquelle elle a été équipée d’écrans protecteur géants.

Contrairement à d’autres sondes qui ont utilisé la force gravitationnelle des planètes pour se propulser vers leur destination finale, Messenger a fait exactement le contraire: elle est passée autour de la Terre, de Vénus et de Mercure pour continuellement amenuiser sa vitesse et lui donner une chance d’atteindre l’orbite voulu.

17/03/2011

L’Iran confirme le lancement de nouvelles fusées et capsules en orbite

L’Iran a annoncé jeudi qu’il a lancé une nouvelle fusée capsule spatiale et conçu pour transporter un singe en orbite, selon l’agence de nouvelles du pays gérés par l’Etat.

Selon l’Iran officiel de la République islamique Agence Nouvelles, le pays a lancé la capsule sur une Kavoshgar-4 (« Explorer » en persan) de roquettes mardi. Le rapport IRNA a déclaré que « les données et images » de la capsule on s’attendait à être envoyé en orbite 75 miles au dessus de la Terre, a rapporté Reuters.

Le lancement marque une étape majeure pour le programme iranien de l’espace jeune, et un signe inquiétant pour les pays étrangers craignant que les objectifs de l’espace de l’Iran visent à développer des armes spatiales.

Bien que la capsule nouvel espace est conçu pour transporter les êtres vivants, il n’y avait pas d’animaux à bord de ce tir d’essai, IRNA et autres agences de nouvelles signalé.

L’Iran a lancé un rat, deux tortues et un ver sur son Kavoshgar-3 roquettes en Février 2010, la nation a dit. In 2009,  En 2009, l’agence spatiale iranienne a lancé un satellite de télécommunications à bord de sa fusée Safir-2.